klajdg uregèqerg hqè

Vins

Quelques commentaires, forcément subjectifs, pour éclairer mes vins.

Mais rien ne vaut le simple fait de déguster, tout en mangeant. Car selon moi, un vin réussi est un vin que l’on se ressert avec joie lors d’un bon repas. Cela doit être un vin qui redonne envie, digeste et discret, qui se révèle au fur et à mesure par son équilibre, sa finesse, son caractère.

Mes vins ne seront jamais d’opulents compagnons. Il faut plutôt les apprivoiser.

Vins blancs

chasselas grand cru – AOC chablais – villeneuve

Il reflète avec intransigeance le terroir de Villeneuve. Au nez, des notes de fleur de vigne et de pierre mouillée. Très caractéristique, sa fraîcheur, l’intensité à la fois fine mais persistante de ses arômes, ainsi qu’une finale à l’amertume délicate. Des notes salées – typiques – ponctuent çà et là ce Chasselas très singulier.

pinot gris – AOC chablais – villeneuve

Aimez-vous les vins à la fois charnu et gras, au nez puissant, à la finale typique, révélant la terre qui a vu mûrir les raisins ? Alors mon Pinot Gris sera votre compagnon idéal. Il s’agit d’une rencontre providentielle entre une très vieille sélection de Pinot Gris produisant de petites grappes et une terre – peut-on d’ailleurs parler là de terre – constituée d’un amas de cailloux, avant tout calcaires.

Depuis plus de trente cinq ans, ce Pinot Gris marque le domaine par son empreinte.

gewürztraminer – AOC chablais – villeneuve

Le goût juteux, très sucré, rappelant la rose du Gewürztraminer me surprend chaque automne lors des vendanges. Et c’est toujours un peu enivré par cette opulence que je regarde se former petit-à-petit les levures naturelles en surface de mes cuves. Ce vin, à la salinité discrète, prend chaque année son temps pour fermenter. Est-ce pour cela qu’il exhale des arômes aussi nobles et qu’il garde toute son explosivité ?

chardonnay – AOC chablais – villeneuve

La générosité, la faculté d’adaptation du Chardonnay en a fait l’un des cépages les plus répandus au monde. Au point que certains prétendent s’en lasser ! Mais c’est méconnaître le réel caractère de celui-ci, c’est ignorer toute l’importance du travail à la vigne. En effet, seul un terroir exceptionnel, permet un Chardonnay exceptionnel. J’y travaille tous les jours. Et j’y tends depuis plus de vingt ans.

sauvignon blanc – AOC chablais – villeneuve

De tous les cépages, le Sauvignon blanc est certainement celui qui illustre selon moi le mieux la joie de vivre. La joie de l’instant présent. Certainement que l’on trouvera vin plus complexe, arômes plus enchanteurs, structure plus imposante. Mais cette franchise, cette droiture, cette infinie allégresse, je ne la trouve nulle part ailleurs. Écorces de citrons verts, infusion de fleurs de sureau, et une goutte de crème de cassis. Le tour est joué !

Vin rosé

oeil-de-perdrix – AOC côtes-de-l’orbe- chamblon

Vins rouges

pinot noir grand cru – AOC chablais – villeneuve

Les meilleures parcelles, des rendements très bas, un cuvage de quinze jours environ ainsi qu’un élevage en fûts de chêne d’âges différents donnent naissance à mon Pinot Grand Cru. Un vin qui questionne chaque année les particularités de mes terres légères, filtrantes, très graveleuses et calcaires. Le Pinot Noir n’est pas pour rien le roi parmi les cépages. Il est si difficile, si délicat et fragile qu’il semble quasi indomptable si l’on ne veut pas intervenir continuellement lors de son élevage. Rigueur et patience, donc.

mondeuse – AOC chablais – villeneuve

Toujours à la recherche de cépages qui ont une histoire avec notre vignoble vaudois, je me suis très tôt intéressé à cette oubliée du vignoble chablaisien : la Mondeuse. En effet, répandue il y a cinquante ans, elle a quasi disparu au profit d’autres cépages rouges plus nobles, selon les experts. Pourtant sa personnalité, sa capacité d’adaptation, sa résistance aux maladies, aurait dû lui permettre de tirer son épingle du jeu. Sa structure est plutôt fine et élancée, alors que sa masse tannique impressionne. Et ses arômes de fruits noirs, de mûres et d’épices de contrées lointaines enivre. Quelques années plus tard, sa robe s’apparente au noir et son côté intrépide et fou, laisse la place à un vin de haute tenue. Jeune ou assagie, la Mondeuse vaut d’être découverte !

PARCELLES IMAGINAIRES

névés – chasselas non rétrogradé – AOC chablais – villeneuve

Une seule parcelle, de bientôt quarante ans, produit ce Chasselas hors norme. Vinifié sans fermentation malolactique, il se caractérise par un nez aux notes de fruits blancs, d’écorce d’orange, et d’herbe fraîchement coupée. Sa vivacité, sa persistance aromatique, et sa finale longue et précise en font un vin tendu comme une flèche. Qui décoiffe.

terra grischa – riesling&sylvaner – AOC côtes-de-l’orbe – chamblon

Pas attiré du tout par le charme du vin en général avant mes vingt cinq ans, je me suis un jour surpris à apprécier un Riesling&Sylvaner des Grisons. L’étonnement fut encore plus grand pour mon père qui me dit aussitôt : « fils, tu bois ? » – Depuis je garde, pour de nombreuses raisons, une affection toute particulière pour ce cépage honni. Ses arômes musqués et délicats s’expriment lorsqu’on le cueille pas trop mûr. Et fraîcheur et finesse se développent lorsqu’on ne lui fait faire que la fermentation alcoolique.

ste-foix d’amour » – gamay – AOC côtes-de-l’orbe – chamblon

Sur ces terres balayées en été par un vent sec et régulier pousse un Gamay particulier – le Gamay de Sainte-Foix – qui se caractérise par de plus petites grappes et des rendements confidentiels. Sa robe profonde, violacée, son nez de fruits rouges et noirs, de girofle et de poivre moulu enivre. Quant à sa structure, elle étonne tout ceux qui pensent que le Gamay ne peut posséder ni longueur, ni structure, ni masse tannique. Depuis longtemps je sais combien le Gamay peut être épatant !

glâneuses et ménétriers » – merlot&malbec – AOC chablais – villeneuve

Tout au long de mes murs de vignes, j’ai planté il y a bientôt quinze ans des ceps de Merlot en bas du vignoble de Villeneuve et des souches de Malbec en haut de mes terres. Je rêvais intimement d’un vin qui ne ressemble à rien. Qui puisse allier la fraîcheur de notre climat continental avec les saveurs et les parfums du Sud. Je l’imaginais. Je l’espérais. Je l’entendais, même. Car ce sont les notes du compositeur Déodat de Séverac, dont Debussy disait qu’elles « sentaient bon », qui inspirent ce vin !

hautes côtes de lune – pinot noir – AOC côtes-de-l’orbe – chamblon

Alors que le Cabernet Sauvignon parle à l’esprit, le Pinot Noir charme d’une façon plus sensible et sensuelle. Sa capacité à révéler les terroirs en fait un cépage unique. A Chamblon, sur des terres proches des sols bourguignons – ne sommes-nous pas d’une certaine façon de l’autre côté du versant ? – j’adopte une vinification parfaitement bourguignonne, avec ses prises de risque, avec son lot d’imperfections, mais aussi avec sa singularité qui en fait la meilleure manière d’élever un Pinot Noir, selon moi. Laissez un peu de temps à mon « haute Côtes-de-lune » et il vous ravira longtemps !